ÉRUPTION DU VÉSUVE ARRIVÉE LE 24 AOÛT DE L'AN 79 DE J.C. SOUS LE RÈGNE DE TITUS,
par Pierre-Henri de Valenciennes
,
1813, 148 x 196 cm

     Pierre-Henri de Valenciennes était un fervent partisan du paysage historique : il fut notamment l'un des instigateurs de la création en 1816 d'un Prix de Rome du paysage historique. C'est à ce genre qu'appartient cette toile, où l'artiste représente la mort de Pline l'Ancien, qui, ayant voulu s'approcher de la montagne pour voir l'éruption du Vésuve, fut puni de sa téméraire curiosité, et mourut asphyxié par la fumée. Cherchant avant tout la vraisemblance, Pierre-Henri de Valenciennes visita Pompeï, rendue célèbre par les fouilles alors en cours, et assista même à l'éruption du volcan qui eut lieu le 18 ou 19 août 1779, et qu'il décrit en ces termes:
      “A quelques milles de là, nous avons découvert très distinctement une éruption du Vésuve qui a été des plus fortes dont on puisse se ressouvenir. Ç'a été une explosion qui a porté des pierres à cinquante milles”.
     Dans cette toile, Pierre-Henri de Valenciennes insiste sur l'impuissance de l'homme face aux déchaînements de la nature, matérialisés par la taille du volcan, qui lance des pierres à une hauteur vertigineuse et déverse des fleuves de lave bouillonnante, et face auquel les personnages paraissent minuscules. Ce tableau marque le retour de Valenciennes au Salon après plusieurs années d'absence. La puissance de la nature déchaînée est ici mise en opposition avec la vulnérabilité humaine, reléguée de façon presque anecdotique dans la partie